Concurrence des chaînes d'information en continu : des modèles éditoriaux sous pression

Article rédigé par les étudiants en Master 1 Médias du CELSA - Sorbonne

logo Celsa

.

Les années 2000 ont vu se développer un format d’information inédit, les chaînes télévisées d'information en continu. Celles-ci sont révélatrices de l'exigence de continuité et d'immédiateté imposée par Internet.

On compte aujourd’hui quatre chaînes nationales d'information en continu accessibles sur la TNT, avec l'apparition récente de FranceInfo : chaîne d'information publique, et l’arrivée en clair de LCI. L'époque où BFM TV et CNEWS [anciennement I<Télé] se partageaient les parts d'audience d'un marché restreint est révolue : l'environnement de ces chaînes en France est devenu des plus concurrentiels - et c’est une spécificité française.

Une diversité d’approche dans les modèles éditoriaux

Les chaînes d'information en continu proposent un contrat de lecture où la priorité est laissée au direct, parti pris susceptible de modifier en profondeur la grille des programmes de ces chaînes, en fonction de l’actualité. BFM TV interrompt ainsi régulièrement ses programmes pour tenter de capter davantage de téléspectateurs, tout comme sa concurrente principale, CNEWS. La nouvelle génération des chaînes d'information, représentée par LCI et France Info : entend se distinguer de ces modèles en privilégiant le débat et l’analyse.

Les modèles éditoriaux des chaînes d'information subissent ainsi à la fois la pression de la concurrence et les aléas du direct. La prise de risque est d’autant plus importante lors des éditions spéciales, qui constituent une interruption des programmes au profit d'un contenu jugé prioritaire. Ces éditions spéciales se construisent en réponse à une demande du public, habitué désormais à « vivre » les événements en direct. La fréquence d’utilisation de ce modèle pose néanmoins question. Il est arrivé que les chaînes diffusent des informations encore confidentielles, allant jusqu'à compromettre des actions policières en cours..

Information en continu : la tendance gagne les chaînes généralistes

L’émergence des chaînes d’information en continu a modifié le traitement des contenus, leurs modèles éditoriaux se caractérisant par le primat de l’image, de la répétition et de l’instantanéité. Ainsi, la formule de l’édition spéciale présente des atouts certains, s’imposant comme un véritable catalyseur d’audience grâce à son potentiel addictif. Si « l’édition spéciale » est née sur les chaînes traditionnelles, lors de prises d’antennes exceptionnelles, elles s’en étaient pourtant éloignées pour privilégier le tri de l’information en amont, garantissant a priori un recul sur le contenu diffusé.

Aujourd’hui, il semble que les chaînes traditionnelles veuillent se réapproprier l’édition spéciale pour entrer dans la course à l’audience des chaînes d’information en continu. Cela nous amène à nous interroger quant à l’avenir du journalisme audiovisuel français qui fait face à de nouvelles problématiques, entre éthique et qualité de l’information. A titre d’exemples, certaines chaînes d’information en continu LCI, I-Télé,  et certaines chaînes généralistes comme TF1, et France 2, ont été mises en demeure par le CSA à la suite de leur couverture des attentats de janvier 2015.

Par les étudiants en Master 1 Médias du Celsa-Sorbonne.

Retour en haut de page

Concurrence des chaînes d'information en continu : des modèles éditoriaux sous pression