Le poids économique de la publicité à la télévision et à la radio

En 2014, les annonceurs ont investi 10,7 milliards d'euros dans le marché publicitaire médias (tous médias confondus). Quelles sont les places respectives de la télévision et de la radio ?

Poids et évolution du marché publicitaire audiovisuel

Historiquement le premier média choisi par les annonceurs, le secteur de la presse (magazines, presse quotidienne nationale et régionale, etc.) a vu ses recettes publicitaires se réduire de 44 % entre 2005 et 2014. Leur part dans le total des recettes publicitaires plurimédias s’est portée à 26 % en 2014, en recul de 18 points.

Dans le même temps, les recettes publicitaires sur internet se sont considérablement développées. Elles ont atteint 2,5 milliards d’euros nets en 2014, en hausse de 5 % par rapport à 2013, atteignant une part de marché publicitaire nette de 24 %.

ecettes publicitaires nettes d'internet 2011-2014

La vidéo sur internet constitue un relais de croissance pour les éditeurs de service de télévision. À l’heure actuelle, les recettes de la télévision de rattrapage et de vidéo à la demande comportant de la publicité demeurent toutefois insuffisantes pour compenser la baisse à laquelle le marché publicitaire télévisuel est confronté.

Le secteur de la télévision a également bénéficié de cette nouvelle répartition des investissements publicitaires. Malgré une baisse de ses recettes, le secteur de la télévision représente 31 % des recettes publicitaires totales en 2014, et s’impose aujourd’hui comme le premier média investi par les annonceurs.

Quant à la radio, elle a attiré 7 % des dépenses des annonceurs en publicités en 2014, soit 726 millions d’euros.

Répartition des recettes publicitaires nettes par type de médias, 2013 et 2014

 Répartition des recettes publicitaires nettes par type de médias, 2013 et 2014 

Répartition des recettes publicitaires par médias 2013 et 2014

 

Source : IREP

 Remarque : internet comprend l’activité classique (bannières et vidéos) et le référencement payant, sur fixe et mobile.

Recettes publicitaires de la télévision

Les recettes publicitaires nettes de l’ensemble des chaînes de télévision se sont portées à 3,2 milliards d’euros en 2014, ce qui correspond à une quasi-stabilité par rapport à 2013 (+0,1 %), mettant un terme à deux années successives de baisse (-4,5 % entre 2011 et 2012 puis -3,5 % entre 2012 et 2013).

recettes publicitaires de la télévision

Recettes publicitaires de la radio

Les recettes publicitaires de la radio ont diminué pour la troisième année consécutive. Pour 2014 la baisse est de 1,4% par rapport à 2013, soit 726 millions d’euros contre 736 millions l’année précédente.

recettes publicitaires de la radio

Répartition du marché publicitaire à la télévision

Les deux chaînes qui attirent les plus grosses parts d’investissements publicitaires sont TF1 et M6. Ces parts d’investissement sont supérieures aux parts d’audience de ces deux chaînes, c’est ce qu’on appelle « la prime au leader ».

Le groupe TF1, malgré une diminution de sa part de marché publicitaire brute entre 2007 et 2014, concentre l'offre publicitaire la plus importante en télévision, et demeure significativement devant le groupe M6, dont la part de marché est restée stable sur la période

À l’échelle des groupes audiovisuels, la part de marché publicitaire brute du groupe TF1 est de 42,4 % en 2014, en recul toutefois de près de 7 points par rapport à 2007. Ce dernier est suivi par le groupe M6, dont la part de marché brute a progressé de 0,5 point entre 2007 (22 %) et 2014 (22,5 %), réduisant quelque peu son écart avec le groupe TF1, de 27 points en 2007 à 20 points en 2014.

Parallèlement, on a assisté à une très forte augmentation de la part de marché publicitaire brute des chaînes TNT de 2005 et 2012 (+29 points, de 6 % en 2007 à 35 % en 2014).

 Parts de marché publicitaires brutes en télévision, 2007 et 2014

marche_publicitaires_television

Source : Kantar Media. Données « brutes » : volumes publicitaires valorisés aux tarifs de référence publiés par les régies publicitaires ; hors parrainage.

Retour en haut de page

Le poids économique de la publicité à la télévision et à la radio