La protection des mineurs sur les télévisions de rattrapage et les services de vidéos à la demande

Comment faire en sorte que les plus jeunes n’accèdent pas à des contenus à la demande qui ne soient pas adaptés à leur âge et pourraient les choquer ?

Nous sommes tous familiarisés avec les pictogrammes qui s’affichent sur certains programmes de télévision, et qui visent à déconseiller leur visionnage aux plus jeunes.

Il existe un dispositif similaire sur les services audiovisuels à la demande comme la télévision de rattrapage ou la vidéo à la demande. Il permet au mineur et à son entourage d’être informés au préalable du degré de violence d’un programme, ou, le cas échéant, de son interdiction aux mineurs.

Ce dispositif est d’autant plus utile qu’à tout âge, nous sommes enclins à accéder de façon individuelle aux médias à la demande, en fonction de nos goûts et de nos instants de loisirs personnels.

La signalétique jeunesse est également présente sur ces services

Les services de télévision de rattrapage et de vidéos à la demande, lorsque ce sont des SMAD, doivent utiliser les mêmes pictogrammes qu’à la télévision pour indiquer à quels publics s’adressent les vidéos qu’ils proposent.

Les règles sont très proches de celles qui s’appliquent à la télévision, à quelques différences près, pour s’adapter aux spécificités de la consommation à la demande.

Un système de classification identique

Les mêmes pictogrammes sont en vigueur :

Pictos

Ils correspondent aux mêmes définitions que celles qui prévalent pour la télévision. 

L’affichage du pictogramme

Afin que l’utilisateur soit bien informé de sa présence, le pictogramme apparaît :

- dans le catalogue de vidéos à chaque fois que le programme est mentionné, et dans les bandes-annonces ;

- au moment où l’on visionne la vidéo : au choix du service, soit 5 secondes avant le début du programme en « plein écran », soit en bas à droite du programme pendant toute sa durée.

Des contraintes horaires spécifiques

À la télévision, des contraintes horaires de diffusion sont associées aux différentes catégories (-10, -12, -16 et -18). Ce système serait beaucoup moins pertinent dans le cadre d’une consommation à la demande.

Il en existe tout de même une pour les programmes « -16 » accessibles gratuits : ils ne peuvent être accessibles qu’entre 22h30 et 5h du matin.

Deux espaces physiques dans le catalogue

Sur les catalogues d’une télévision de rattrapage ou d’un service de vidéos à la demande, vous devez retrouver deux espaces qui visent à protéger les mineurs :

- un espace de confiance, où les plus jeunes peuvent évoluer sans risquer d’y trouver une vidéo inadaptée ;

- un espace réservé, qui contient les programmes interdits aux moins de 18 ans, si le catalogue en propose.

SMAD Espaces confiance et réservé

Source : CSA.

Les étapes obligatoires de la configuration du code parental sur les SMAD

Lorsqu’on veut accéder pour la première fois à l’espace réservé du catalogue d’un SMAD, il faut configurer un code d’accès selon une procédure en 3 étapes :

Configuration code SMAD

Source : CSA.

Retour en haut de page

La protection des mineurs sur les télévisions de rattrapage et les services de vidéos à la demande