La réception des contenus médiatiques par l'individu

Face aux médias, l'individu n'est-il qu'un récepteur passif ?

Les médias audiovisuels proposent au public une offre d'informations, de contenus, de récits, de divertissements : c'est l'une des principales raisons de leur attractivité. Mais peut-on pour autant considérer que devant sa télévision ou à l'écoute de son poste de radio, le téléspectateur ou l'auditeur est cantonné à une posture de récepteur passif ? 

Ce n'est pas l'avis de Dominique Wolton, qui estime que face aux informations que lui proposent les médias, notamment audiovisuels, l'individu ne peut que réagir : selon lui, la réception des contenus médiatiques est une activité au sens plein du terme. Il appelle par conséquent à ne jamais sous-estimer l'intelligence critique du public.

L'individu, récepteur actif des contenus médiatiques

L'intelligence critique du public

Dominique Wolton est directeur de l'Institut des sciences de la communication du CNRS (ISCC), et de la revue Hermès du CNRS dont il est le fondateur. Parmi ses nombreux sujets de recherche, ses travaux sur les médias, l’information et la communication sont majeurs.

Retour en haut de page

La réception des contenus médiatiques par l'individu