Radicalisation, fake news, diversité : 4 experts répondent au CSA

A l’occasion d’une réunion des Observatoires Diversité et « Education et Médias » le 7 décembre 2017, le CSA a interviewé Divina Frau-Meigs professeur à la Sorbonne Nouvelle, Seyna Sall journaliste, Romain Badouard maître de conférences à l'Université de Cergy-Pontoise et Rudy Reichstadt directeur de l’observatoire du conspirationnisme. Regardez ces vidéos. 

Les réseaux sociaux ne sont qu'un des facteurs de radicalisation ses jeunes

Divina Frau-Meigs, professeur à la Sorbonne Nouvelle, conteste le rôle présumé des réseaux sociaux dans la radicalisation des jeunes. Selon ses  recherches, ils ne sont qu’un des facteurs contribuant à ce phénomène. Retrouvez ses explications en vidéo.

Lors d’une réunion le 7 décembre 2017 de l’Observatoire « Éducation & médias » du CSA dont elle est membre, Divina Frau-Meigs a présenté les résultats de sa cartographie mondiale de la recherche[1]sur la radicalisation des jeunes via les médias sociaux. Il en ressort que « La radicalisation des jeunes par les réseaux sociaux relève de la Fake News ». Cette idée du rôle des réseaux sociaux est à prendre avec des pincettes, insiste-telle, car Internet serait « une force amplificatrice plutôt qu’un levier de radicalisation ».

Divina Frau-Meigs est professeur à la Sorbonne Nouvelle, chaire UNESCO "Savoir devenir à l'ère du développement numérique durable".

Consultez une présentation de l’étude 

Des publicités toujours très blanches 

Seyna Sall, journaliste et chargée de communication, relève que, sous certaines conditions, le personnage noir incarne plus qu’avant M. et Mme Tout le monde dans les publicités télévisées. Le personnage principal blanc domine cependant et les stéréotypes ethno-raciaux restent très prégnants. Retrouvez ses explications en vidéo.

Seyna Sall a présenté le 7 décembre 2017 son mémoire intitulé « Le personnage principal noir dans la publicité en France : de l’exotisation à la normatisation (sous conditions) », lors d’une réunion de l’Observatoire de la Diversité du CSA. Son analyse se fonde notamment sur des entretiens, l’étude de banques d’images et une analyse sémiologique. Trois hypothèses se dégagent de ce travail :

  • le personnage perçu comme blanc est le personnage par défaut car il correspond à la norme ;
  • la construction de schémas altérisants en publicité concourt à éloigner le Noir de la norme ;
  • aujourd’hui, on assiste à un déplacement de la norme concernant la perception de M.et Mme Tout le Monde.

Seyna Sall est journaliste et chargée de communication.

Réseaux sociaux, vraie ou fausse info ? 

Les réseaux sociaux diffusent sans distinction les vraies et fausses informations. Romain Badouard, maître de conférences à l'Université de Cergy-Pontoise, partage cinq astuces pour repérer ces fakes news. Découvrez-les dans la vidéo ci-dessous.

Les réseaux sociaux imposent à l’utilisateur une vigilance toute particulière pour évaluer ce qu’il lit, regarde ou écoute. Est-ce vrai ? Est-ce faux ? Pour le savoir, l’url du site consulté donne une première indication, souligne Romain Badouard dans cette vidéo tournée le 7 décembre 2017 à l’occasion d’une réunion de l’Observatoire « Éducation & médias » du CSA. Repérer si les critères déontologiques traditionnels du journalisme sont respectés aide aussi. Romain Badouard invite de plus à vérifier si le message diffusé vient de personnes connues ou s’il a été sponsorisé.

Romain Badouard est maître de conférences à l'Université de Cergy-Pontoise et membre de l’Observatoire « Éducation & médias » du CSA. Il vient de publier "Le désenchantement de l'internet. Désinformation, rumeur et propagande" chez FYP Editions.

Conspiracy Watch : un site sur les théories du complot 

L’Observatoire du conspirationnisme - Conspiracy Watch - répertorie et analyse les théories du complot circulant sur Internet. Rudy Reichstadt, son directeur, décrypte leur fonctionnement. Découvrez ses explications dans la vidéo ci-dessous. 

Invité à une réunion de l’Observatoire « Éducation & médias » du CSA le 7 décembre 2017, Rudy Reichstadt explique comment identifier les théories du complot. Elles peuvent porter sur n’importe quel sujet : la mort de personnalités marquantes, un attentat, une crise, une guerre, des catastrophes naturelles… La pensée complotiste réinterprète ces évènements à l’aune d’un discours paranoïaque selon lequel la vérité est ailleurs.

Rudy Reichstadt est directeur de l’observatoire du conspirationnisme. Cet observatoire met à disposition du public des ressources universitaires sur le phénomène conspirationniste et assure une veille médiatique sur la « complosphère ».

Conspiracy Watch

[1] « Les jeunes et l’extrémisme violent sur les médias sociaux, Cartographie de la recherche »

Retour en haut de page

Accueil